L’équipe de JOUR8.COM a rencontré plusieurs fois Alexis Grüss et les femmes et hommes de son cirque. Le mot « cirque » n’est d’ailleurs pas le mot le plus adapté quand on déambule en été dans le parc du château de Crochant à Piolenc, ou au milieu des installations posées ici ou là par Alexis Grüss, en hiver au Bois de Boulogne à Paris, à l’amphitéâtre d’Orange lors des Equestriades ou dans les Zenith de France lors du printemps passé.

Quand on croise le monde d’Alexis Grüss, il s’agit d’abord d’un monde féérique et équestre qu’il réinvente en permanence, accompagné de la Compagnie des Farfadais, mais en conservant toujours ce savoir-faire équestre et circassien de sa famille. Un savoir-faire qui est un patrimoine précieux qui s’est forgé au fil de six générations d’artistes et d’écuyers depuis le Second Empire.

Alexis Grüss a lui fondé en 1974 le « Cirque à l’ancienne », en ayant toujours eu la volonté de transmettre ce patrimoine au-delà de son cercle familial. Fondateur de la première école de cirque et du mime, en 1974 également, il ne peut que constater qu’aujourd’hui le cheval est absent des écoles de cirque qui ont pris sa relève.

C’est en partant de ce constat qu’il a forgé le projet de constituer, sur le lieu de la sédentarisation estivale de son chapiteau à Piolenc, un Pôle d’Action Culturelle Équestre (PACE) où sont transmis les savoir-faire de sa famille dans tous les domaines des arts équestres : travail en liberté, voltige, haute école.

Ce PACE doit aussi être un lieu de documentation, d’expositions, de conférences, d’ateliers de conservation et de transmission de tous les gestes des artisanats liés au monde du cheval du spectacle vivant. Le 30 mai 2017, JOUR8.COM était présent lorsque le président de l’Université d’Avignon, Philippe Ellerkamp, a inauguré la première conférence de ce PACE en soulignant que la compagnie Alexis Grüss fait vivre des cultures traditionnelles, les fait évoluer en créant de la culture contemporaine, actuelle, tandis que les universitaires d’Avignon sont, entre autres, des professionnels de la conservation, du patrimoine, de la transmission des savoirs et de la création de nouveaux savoirs : « Nous ne pouvions que nous rencontrer » a-t-il conclu.

De fait, en raison des liens tissés entre l’Université d’Avignon et la compagnie Alexis Grüss depuis le spectacle que celle-ci avait donné à l’Université d’Avignon en juin 2016, pour l’afterwork coorganisé avec l’association d’entrepreneurs Carpensud, l’Université d’Avignon offre au PACE son écrin pour ses premières conférences. Après avoir montré, dans leur leçon du 30 mai dernier, comment éduquer signifie « conduire à l’extérieur pour grandir », leçon publiée dans le livre Ex ducere qui vient de paraître, Alexis Grüss et son fils Firmin proposent cette fois de porter leur attention plus particulièrement sur l’espace scénique inventé pour les arts du cirque. La piste de 13 mètres de diamètre, faite de terre végétale et de sciure, est un lieu de création, de transmission et d’éducation particulièrement fertile. Elle suscite donc des réflexions autour desquelles se retrouvent tout aussi bien les universitaires et les équestriens. Mais il faut ces réflexions peuvent


« Éduquer et séduire » Réflexions sur un espace scénique fertile

Mercredi 17 janvier 2018 à 18h Université d’Avignon – Campus Hannah Arendt – amphithéâtre AT05

Entrée libre sur réservation à com@alexisgruss.com
Plus d’informations sur : www.univ-avignon.fr