Pour réussir une bonne recette, il faut un bon cuisinier. Ce sera Alexis Gruss. Il faut aussi une bonne marmite. Posée au milieu du centre-ville, le Théâtre Antique d’Orange va être cette marmite qui nous enveloppe, comme une main au creux de laquelle on se sent protégé et sorti de notre vie quotidienne. Qu’est-ce qu’ils étaient forts ces Romains : construire une structure pareille, majestueuse et ouverte, avec une acoustique si exceptionnelle, on s’incline. On va être assis sur des marches en pierre ? On va vite l’oublier. Pas grave. Ou alors on n’avait qu’à amener ses coussins 🙂

Maestro, en avant la musique ! Tout commence là. La musique a souvent une place prépondérante dans un spectacle. Et ce soir, les cuivres et rythmes de la fanfare de la Garde Républicaine vont rendre coups pour coups à l’orchestre de Sylvain Rolland. Ils vont être tous les deux dans le tempo, et vont accompagner avec justesse les autres artistes, à deux ou quatre pattes.

IMG_20160526_215624-1Vieilles pierres, musique, animaux à quatre pattes, artistes du cirque et rigueur militaire : le spectacle des Equestriades 2016, c’est un mélange d’ingrédients qui donne un plat dont on ne se rassasie pas. La complicité entre les gendarmes de la Garde Républicaine et les saltimbanques du Cirque Alexis Gruss a quelque chose d’étonnant, mais finalement d’évident. Alternance de tableaux séparés dans la première partie, et mélanges de genres dans la seconde, on oublie qui est qui. La grâce et la rigueur des artistes du cirque fait écho à la rigueur et à la grâce des militaires à cheval : des traditions et approches différentes, mais un même monde. On imagine les heures de travail de chacun. Ou on n’ose pas imaginer. Pur-sang arabes, pures races espagnoles, Lusitaniens, Falabella, Percherons, Frisons, tous montrent alternativement force, rapidité ou élégance.

20160526_223817-1On parle de tableaux dans les Equestriades, ils portent bien leur nom : ce sont autant d’œuvres d’art. Comme celui nommé « la Poste », représentatif de la vitesse et l’agilité de l’homme et des équidés : debout en voltige cosaque sur deux frisons, Firmin Gruss saisit, une à une, les longes de 15 autres étalons, pour les mener au galop dans un manège qui devient de plus en plus minuscule pour son attelage. Le tout, Messieurs-dames, sans faire de nœud avec les longes.

Et puis, il y a aussi ce moment plein de tendresse. Alexis Gruss au milieu de la piste, non pas à cheval, mais jouant du saxophone, rejoint par sa belle, Gipsy. Avec Cachemire son cheval, elle entame une danse gracieuse autour de son homme. La séduction de l’une avec son cheval rencontre celle de l’autre avec la douceur du son de son sax. On a presqu’envie de partir sur la pointe des pieds en retenant son souffle et de les laisser seuls ces deux-là. Ils sont dans leur univers : le cirque, la musique, la beauté, la passion…

Alexis Gruss est un homme de Passion. Le cirque, les chevaux et sa famille sont toute sa vie. Cela transpire dans tout le Théâtre Antique. Alexis Gruss, c’est le patriarche qui veille sur son clan, famille, enfants, petits-enfants et bien sûr équidés. Il conduit toute sa tribu dans un spectacle fantastique, y entraînant avec bonheur la Garde Républicaine qu’on n’imaginait pas forcément aussi à l’aise dans cette féerie. Et quand sur les coups de minuit, le public se lève pour saluer pendant de longues minutes les acteurs – tous les acteurs – de ce long moment magique, on imagine que le coeur d’Alexis vit la plus belle des satisfactions : celle de ceux qui ont transmis aux autres leur passion grâce à leur travail bien fait.

Bravo et merci Monsieur Gruss pour ce moment

Pour en savoir plus sur les spectacles et le Parc d’Alexis Gruss à Piolenc, rendez-vous sur Alexis-Gruss.com