A quelques mois de la Coupe du Monde féminine de football organisée en France, Eugénie Le Sommer va proposer, sur ses réseaux sociaux, une série de tutos illustrant au sens littéral et au sens footballistique certains gestes techniques du ballon rond. Entretien avec la joueuse de l’Olympique Lyonnais qui compte bien mettre le football féminin sur le devant de la scène.

Pourquoi cette envie de lancer une mini-série de tutos ?
L’objectif c’est de faire quelque chose d’un peu inédit autour du foot sur les réseaux. J’ai eu l’idée de ces tutos car je souhaitais regrouper ma communauté sur les réseaux avec un nouveau projet.

Que vous apportent les réseaux sociaux ?
J’aime bien partager au quotidien ce que je fais. J’ai grandi avec ça. C’est dans l’air du temps, et ça permet de se rapprocher de ses fans sans pour autant se déplacer. C’est un nouveau moyen de communication qui a beaucoup d’impact.

Pouvez-vous nous en dire davantage sur ces gestes techniques et le hastag #whatELS qui devrait vous accompagner tout au long de la saison ?
Oui ce sera des démonstrations de gestes techniques avec pas mal d’humour. Je suis assez attachée à mes racines. La première partie des tutos, créée en motion design, mettra en scène une grand-mère bretonne, la Bigoudène. C’est un petit clin d’œil à mes origines bretonnes. S’en suivra la démonstration technique sur le terrain. Le geste permet de parler du football féminin, de montrer que nous sommes capables de réaliser des gestes techniques. Je souhaite solliciter ma communauté et faire un peu de buzz autour de ça. Les fans pourront eux aussi reproduire le geste à leur manière et le poster avec le #whatELS.

« On parle le même foot que le foot masculin »

La Coupe du monde féminine de football aura lieu en juin prochain en France. Sentez-vous l’excitation monter autour de vous ?
Oui, les gens nous en parlent de plus en plus. C’est aussi une manière pour moi de surfer sur cette vague, de me servir de cet engouement médiatique pour parler de foot féminin en France. Je sens cet engouement, qui va encore grandir.

Quelles évolutions positives remarquez-vous ?
Plusieurs. A commencer par le nombre de licenciées qui a augmenté (ndlr : 130 000). La médiatisation, aussi. Quand on voit que la D1 féminine est diffusée sur Canal +, c’est une bonne chose. On peut voir chaque match de championnat. Le fait que les gens voient les matchs, ça change tout.

Quels sont les atouts du foot féminin ?
Les gens nous parlent de fraîcheur. Certes, ça va moins vite, mais peut-être qu’on voit mieux le jeu et les actions se dérouler. On parle le même foot que le foot masculin. J’ai juste envie que les gens respectent ce qu’on fait et acceptent que le foot féminin soit aussi de haut niveau. Nous sommes des sportives professionnelles.

Que vous inspire le dernier sacre de la bande à Deschamps ?
Cela donne envie de s’en inspirer pour vivre les mêmes émotions. C’est beau de pouvoir revivre ça 20 ans après 1998. Si on peut reproduire la même chose, ce serait top. Par contre, je sais qu’ils ont été beaucoup décriés avant. Puis quand ils ont obtenu le titre, ils étaient les meilleurs. Cela n’a pas toujours été facile. Il faut faire avec. L’important sera de gagner les matchs. Peu importe la manière, il faudra aller le plus loin possible.

Un dernier mot sur votre début de saison avec l’Olympique Lyonnais ?
Sur le plan comptable, nous sommes bien. Nous avons gagné tous nos matchs. Il faut aussi intégrer les nouvelles joueuses. On va monter progressivement en puissance. L’objectif est de se qualifier jeudi prochain face à Avaldsnes pour le prochain tour de Ligue des Champions. Ensuite il faudra engranger les victoires en championnat. On attend impatiemment notre confrontation directe contre le PSG avec qui nous sommes à égalité au classement.

Retrouvez Eugénie Le Sommer sur facebook