Entre formation et compétition, loisirs et plaisirs, esprit d’accueil et hand fauteuil, la bonne gestion d’un club de handball dans un village posé au pied du Ventoux est un jeu d’équilibre complexe.

Il faut 7 joueurs pour bien jouer au handball. Et chacun doit pouvoir compter sur les autres pour la réussite de toute l’équipe. Si un joueur passe au travers en défense, un trou se forme et c’est un but quasi assuré pour l’équipe adverse. Et si en attaque, un joueur se manque, c’est tout le système mis en place qui se grippe. Un club comme le MVCHB a finalement le même principe de fonctionnement qu’une équipe de hand : personne ne doit faillir et les partenariats sont essentiels à sa survie.

Suite – et fin – de l’interview de Pascal Vasset, manager général du Mazan Ventoux Comtat Handball
Acte 3, dernière…

Pascal, nous avons déjà utilisé dans les deux premières parties de l’interview ce mot de « partenariat ». En quoi, ces partenaires sont essentiels dans la vie d’un club comme le Mazan Ventoux Comtat Handball ?

D’un point de vue sportif tout d’abord, nous avons deux axes de partenariats. En premier lieu avec les écoles, parce que la réussite du handball en France tient depuis toujours à son ancrage en milieu scolaire. Nous essayons d’intervenir le plus possible dans les écoles primaires des communes alentours dans le cadre des activités périscolaires. Toujours avec l’envie d’attirer des enfants vers ce sport et vers le club.

Ensuite, les enfants grandissent et vont au collège. Nous entretenons un lien fort avec le collège André Malraux de Mazan où nous travaillons étroitement avec les professeurs de sport. Une section sportive handball accueille les filles licenciées au club ou celles qui veulent découvrir l’activité. Elles bénéficient alors d’horaires aménagés pour pratiquer le handball. Cette section sportive est régulièrement qualifiée pour les championnats nationaux.

L’un des devoirs essentiels de notre structure est d’avoir une approche profondément éducative.

Le second axe de partenariat sportif est basé sur la convention avec le club de Toulon St Cyr ?

Oui absolument. Comme je l’ai déjà dit, cela permet de proposer à nos meilleures joueuses un accès direct au plus haut niveau. Après le collège, elles ont d’abord la possibilité de poursuivre leurs études en intégrant le Pôle Espoir de Marseille jusqu’au bac. Et enfin, pour les plus motivées, l’idée de pouvoir entrer dans le centre de formation d’une équipe pro est un vrai plus. Mais comme dans tout sport, le haut niveau est exigeant, très exigeant, et la motivation ne suffit pas toujours…

Est-ce que Toulon St Cyr peut être un réservoir de joueuses pour le club ?

Pourquoi pas, c’est une véritable éventualité. Une joueuse professionnelle en fin de carrière pense souvent à sa reconversion d’après sport. A Mazan et dans ses alentours, nous avons tissé un vrai réseau d’entreprises partenaires qui peuvent nous aider dans ce sens. Et nous sommes alors capables de proposer des solutions pérennes à d’éventuelles recrues.

Vous parlez de Mazan et ses alentours, comment le club s’inscrit-il dans le territoire ?

Nous avons une identité forte. C’est pour cette raison que nous avons récemment changé le nom officiel du club en y ajoutant « Ventoux » et « Comtat ». Créé à Mazan, ce club est devenu petit à petit celui de tout un territoire. Beaucoup de monde, joueuses, parents, supporters et dirigeants viennent de l’extérieur de la commune, et il faut que tout ce monde puisse se reconnaître dans le club. C’est aussi un moyen de montrer notre ouverture sur l’extérieur qui est indispensable pour pouvoir se développer.

Sur quels moyens vous appuyez-vous pour développer ce club ?

Si la commune nous soutient encore fortement, nous serions accusés de négligence si nous ne comptions que sur les aides publiques. Leurs dotations baissent et forcément leurs priorités peuvent être amenées à changer. Il est de notre devoir d’anticiper, et de multiplier les partenariats avec les entreprises (du territoire ou d’ailleurs) qui sont susceptibles de trouver toute leur place dans notre projet de développement.

Le budget d’un club comme le nôtre est important, notamment les frais de déplacements, d’arbitrage et d’engagement. Nous avons également la chance d’avoir au sein de notre structure un directeur technique qui est expert fédéral, Vincent Le Gars, salarié du club, ainsi qu’une secrétaire à mi-temps.

Et les entreprises locales sont importantes pour la vie du club ?

Elles sont fondamentales ! Ces entreprises partenaires nous apportent une aide financière indispensable au fonctionnement de la structure, mais pas seulement : une entreprise peut devenir partenaire en proposant un emploi à une joueuse, en offrant un fauteuil pour la section hand fauteuil, en finançant directement des matériels ou des équipements, ou en proposant une aide logistique. Nous avons bâti depuis plusieurs années un réseau d’entreprises avec de véritables actions spécifiques, pour d’une part les fidéliser, et d’autre part, leur permettre d’échanger. Exemple, en octobre dernier, avec l’association d’entrepreneurs Carpensud, nous avons organisé un tournoi de handball inter-entreprises qui a connu une vraie réussite.

Sous l’impulsion de notre Présidente, Pascale Pascal, nous animons aujourd’hui un groupe de 80 partenaires qui se rencontrent régulièrement, aux matches, en soirées ou lors de visites croisées dans leurs propres locaux. Et nous espérons en accueillir encore plus pour devenir un réseau fort qui se rassemble autour des valeurs du handball.

Pour finir Pascal, que faut-il souhaiter au Mazan Ventoux Comtat Handball ?

Que ce club continue de se développer, de former de nombreuses générations de joueuses, de transmettre nos valeurs à toutes elles et tous ceux qui nous rejoignent.
Que le club devienne un acteur incontournable du territoire, à la fois sportif, économique et social ; trois éléments essentiels d’évaluation de la réussite de notre projet.

Et puis chacun de nous ne doit jamais perdre de vue que la pérennité de la structure passe l’adhésion du plus grand nombre de bénévoles au projet du club. Ce projet doit d’ailleurs être le fruit de la vision de chacun quant à l’avenir de la structure. Cette condition est indispensable pour un réel engagement et une efficacité optimale. Enfin pour atteindre les objectifs sportifs et renforcer encore la structure il faudra être capable de toujours réunir des compétences dans beaucoup de domaines différents. J’en profite pour remercier chaleureusement tous les bénévoles qui sont actuellement engagés autour du projet 2015/2020 sans oublier tous ceux qui ont permis à ce club d’exister et de devenir ce qu’il est aujourd’hui.

Fin…

Et puis non, pas « Fin », Jour8.com va continuer à suivre les résultats du Mazan Ventoux Comtat Handball, dimanche après dimanche. Mais surtout, Jour8.com va continuer à suivre la vie de ce club pas comme les autres, né au milieu des cerisiers, des oliviers et des vignes.

Un club à suivre sur www.handballmazan.fr
et sur Facebook HandballMazan

Les deux premiers actes de cet interview sont à lire ici :
Acte 1, Handball, filles fatales à Mazan
Acte 2, Le handball à Mazan, esprit d’ouverture et ouverture d’esprit