Le déménagement de la Librairie de l’Horloge est terminé. JOUR8.COM vous en parlait début février, ça y est, c’est fait ! Elle vient de rouvrir ses portes à sa nouvelle adresse, au n° 12 de la rue de l’Évêché. C’est derrière de grandes baies vitrées et sur un canapé nouvellement installé entre de belles colonnes de pierre, que nous avons rencontré Didier Bonnet, son propriétaire

Didier Bonnet, est-ce seulement un déménagement ?

Non, pas du tout, c’est aussi une vision de ce que je vois comme l’avenir de la librairie. Si la librairie reste cantonnée à un magasin d’achats de livres, elle n’a aucune chance face à des structures comme Amazon ou face à des structures où l’on achète des livres sans avoir besoin de personne. Ici nous avons réellement voulu créer un lieu de vie. C’est un commerce bien sûr, mais pour moi cela doit surtout devenir un lieu de vie et de savoir. L’ancienne librairie, située sous les arcades, était un lieu très étroit où on n’avait pas forcément envie de rester, où on venait acheter un livre. Ici, j’ai envie que les gens restent, aient du plaisir, déambulent, s’assoient sur le canapé ou les fauteuils. J’ai voulu une aération entre les tables pour que les clients puissent se balader sans problème, et j’ai surtout voulu une librairie qui suscite de l’envie.

Le lieu est bien évidemment important en terme de visibilité, mais aussi en terme symbolique : cet endroit était en fait la bibliothèque de l’Evêché et de Monseigneur  d’Inguimbert, et nous souhaitons en transmettre l’âme à cette librairie.

Vous allez y multiplier les rencontres ?

Nous faisions déjà beaucoup de rencontres, mais si dans notre ancien lieu nous les faisions à l’étage – ce qui générait des problèmes de sécurité et d’exiguité – ici nous allons avoir beaucoup plus d’espace et de convivialité. D’ailleurs, en dehors des rencontres, les gens ne montaient pas à l’étage, ils pensaient que c’était une réserve ou un espace privé.

Vous semblez vouloir moderniser le métier de libraire ?

Il y a trop longtemps que les libraires se sont cantonnés à avoir des petites vieilles librairies, et c’est en train de changer, les libraires doivent aussi se moderniser, être dans les attentes des clients, sans perdre leur âme.

On parlait d’Amazon tout à l’heure : je suis lecteur, je recherche un livre, vous ne l’avez pas, sous combien de temps pouvez-vous me le fournir ? 24-48 h ?

Oui, c’est cela, tout à fait.

Aussi vite qu’Amazon donc ?

Bien sûr ! Et puis nous avons aussi un site internet où chacun peut commander des livres. Vous tapez www.librairiehorloge.com, vous choisissez votre livre et nous vous l’expédions.