L’année 2016 aura rimé avec dynamisme ainsi que 2015, année du rebond, le laissait présager. Au niveau national, le notariat a enregistré environ 843 000 ventes, soit une progression de 9%. En Vaucluse, 12 464 ventes ont été signées en 2016, soit une progression de 6,36%.

Une reprise due à plusieurs facteurs, analyse Alain Ducros, notaire d’Avignon et président de la Chambre des notaires de Vaucluse, une stabilité des prix comprise entre +3 et -3%, une attractivité des taux d’intérêt, le succès du dispositif Pinel pour les investisseurs dans le neuf, ainsi que celui du prêt à taux zéro (PTZ) pour l’accession à la propriété. Le prix des appartements anciens s’érode légèrement pour baisser en moyenne de 2,2% alors que celui des appartements neufs, marché fortement soutenu par les investisseurs, progresse de 2,8%, seul secteur à afficher une performance positive en repassant la barre des 3 000 €/m². Les maisons comme les terrains à bâtir enregistrent un recul contenu de leur prix de l’ordre de 2% avec des évolutions contrastées selon les secteurs. La pierre séduit les Français puisqu’ils sont environ 60% à être propriétaires de leur résidence principale. L’augmentation des prix lissée sur une quinzaine d’années n’a pas été un frein à cette progression qui pourrait être encore plus importante avec un concours plus actif des banques.

Les perspectives pour 2017 ? Sous réserve d’une remontée marquée des taux d’intérêt, la progression du volume des ventes devrait persister car la pierre constitue une valeur refuge aux antipodes des incertitudes qui pèsent sur les placements financiers. Ce qu’il faut retenir ? La conjoncture immobilière est à la stabilité des prix et à la hausse des volumes. Le marché est contrasté pour les terrains à bâtir, tandis que celui des maisons anciennes reste hétérogène. Concernant le marché des appartements, le neuf est à la hausse et l’ancien à la baisse. L’origine géographique des acquéreurs ? Les étrangers représentent seulement 2 à 3% des acquéreurs, dont les Belges intéressés par le Nord Luberon-Pays d’Apt, le Mont Ventoux-Plateau de Sault. Près de 70% des acquisitions ont été réalisées par des Vauclusiens, dont 33% ont racheté dans la commune où ils résidaient déjà.»

« Le volume des transactions est plus élevé que l’an dernier : 12 464 ventes contre 11 718 en 2015, soit + 6,36 %. Tous les secteurs géographiques marquent cette augmentation, cependant de façon inhomogène. Contrairement à 2015, le secteur médian du département : Avignon-Pays de Sorgues et Comtat Venaissin enregistre une augmentation de 7,89 % de son marché, alors que le sud du département reste sur la base de l’augmentation moyenne départementale soit 6,27%. Le secteur géographique le plus freiné ? La Vallée-du-Rhône avec Orange pour métropole. Cependant ce secteur, avec une augmentation en volume de 3,25%, signe bien la reprise en 2016. Près de 70% des acquisitions ont été réalisés par des Vauclusiens dont 33% ont racheté dans la commune où ils résidaient déjà. »

Pascale Petit, Présidente du Groupement Vauclusien d’Expertise notariale, notaire à Mazan

« Le marché est très porteur depuis septembre 2016, cela grâce aux taux d’intérêt historiquement bas. Les prix des biens le sont également puisqu’ils ont été entraînés à la baisse, en valeur, par les crises immobilières successives. Nous n’avions pas connu cela depuis plus de 15 ans. Ces deux paramètres font que le marché est actif. Les acquéreurs sont sur le marché et achètent très rapidement, car ils pressentent que cette situation ne va pas durer. Il s’agit surtout des primo-accédants qui peuvent se positionner à hauteur de 230/250 000€, alors qu’avant, ils ne le pouvaient pas. Il y a également quelques investisseurs qui profitent de l’opportunité d’acheter des appartements entre 50 000€ et 80 000€, car le rapport locatif est bon. De petits produits qui valent pratiquement moitié moins qu’il y a quatre, cinq ans. »

Hervé Chelly, Négociateur immobilier, Agence Maurice Garcin à Avignon

8,4% du parc privé

L’habitat privé indigne représente près de 18 000 résidences principales du parc de Vaucluse, soit 8,4% du parc total contre 6,6% pour la moyenne régionale de Provence-Alpes-Côte d’Azur. Dans le département, certaines zones sont plus particulièrement concernées, ce taux étant notamment de 13,9% dans le secteur du Ventoux-Sud et de 10,6% dans le secteur du Comtat-Venaissin. Cependant, la lutte contre ce type d’habitat indigne s’organise peu à peu puisqu’en 2015, 458 logements indignes ont été rénovés en Vaucluse, grâce notamment à des aides de 4,5M€ de l’Agence nationale de l’habitat (Anah).

Un article publié par notre partenaire l’ECHO DU MARDI
dans son numéro spécial VAUCLUSE EN CHIFFRES 2017.