Alors que le nombre de tués sur les routes repart à la hausse sur celles de Vaucluse, l’année a été surtout marquée par une intensification de la lutte contre le trafic de stupéfiants et l’économie souterraine.

En 2016, les 1 622 représentants des forces de l’ordre (562 policiers et 1 060 gendarmes et réservistes) du département ont constaté un bond de 26% des infractions à la législation sur les stupéfiants. Des hausses qui témoignent surtout de l’intensification de la lutte contre les trafics de drogues et l’économie souterraine. Elle démontre également « l’efficacité des services d’investigation et des dispositifs de surveillance de voie publique, qui ont permis le démantèlement des trafics, l’interpellation des revendeurs et un accroissement net des infractions relevées sur les consommateurs », explique Marie-Josèphe Mazel, directrice départementale de la sécurité publique de Vaucluse. Des infractions constatées plus particulièrement dans les ZSP (Zone de sécurité prioritaire) et les quartiers prioritaires.

Et pour 2017, les forces de l’ordre ne veulent pas en rester là puisque, après deux ans d’enquête, la police judiciaire d’Avignon a réalisé, en début d’année, un vaste coup de filet à Carpentras, Cavaillon et Bollène. De quoi saisir 30,6 kilos de résine de cannabis, plus d’un kilo de cocaïne, 12 000€ en espèces ainsi que des armes. De son côté, l’antenne du GIGN de la gendarmerie à Orange a, elle aussi, mené des opérations coup de poing contre le trafic de cocaïne dans le secteur de Pertuis.

400 places

C’est le nombre de places du futur centre pénitentiaire d’Entraigues-sur-la-Sorgue. L’établissement doit voir le jour d’ici 10 ans dans le cadre du « Plan encellulement individuel » que vient de dévoiler le ministère de la Justice.

7 minutes

Avec le transfert de la BASC (Base d’avions de la Sécurité civile) de Marignane à Nîmes-Garons, les bombardiers d’eau mettront, en moyenne, 7 mn de vol en moins pour venir faire le plein d’eau sur le Rhône avant d’intervenir sur les feux de forêts en Vaucluse. Pour cela, la nouvelle base, d’un coût de 16,8 millions d’euros, dispose de 12 canadairs CL 415. La flotte de la sécurité civile comprend également 9 Trackers, 3 Beechcraft King Air 200 servant à la reconnaissance des feux et 2 Dash-8.

Un article publié par notre partenaire l’ECHO DU MARDI
dans son numéro spécial VAUCLUSE EN CHIFFRES 2017.