Le secteur du transport et de la logistique, extrêmement dynamique dans l’environnement urbain, est à la peine sur les grandes infrastructures qui portent son activité en région. Il faut faire mieux avec moins de moyens. Bougeons-nous !

Les créations d’entreprises ont augmenté (+6%) dans la plupart des secteurs d’activité et dans toutes les régions. Il s’agit de la plus forte hausse depuis six ans. On la doit, pour moitié, aux activités de transport, d’entreposage ou de livraison à domicile qui ont connu une progression tout à fait spectaculaire depuis trois ans. Les voitures de transport avec chauffeur comme les services de livraison à domicile créent, chacun, 13 500 entreprises en 2016. Quatre fois plus qu’il y a cinq ans. Les autres activités du secteur sont bien loin d’être aussi dynamiques. Moins d’argent à la SNCF qui investit 183M€ en 2017 dans notre région (-15%) pour faire du rail une véritable alternative à la route alors que l’ensemble des voies
entre Avignon et Vintimille ainsi que la majorité des ouvrages d’art, ponts et tunnels, sont à renouveler dans les 15 ans à venir.

Dans le Vaucluse, la fréquentation des TER atteint aujourd’hui près de 970 000 passagers s’agissant des flux internes et de 1,3 million si on prend en compte les trajets depuis ou vers le département. La ligne Avignon-Carpentras commence à s’inscrire dans le paysage de l’offre de transport avec 1 500 voyageurs par jour dont 60% sont des clients réguliers. Le seul gros projet (80M€) d’infrastructure est porté par SNCF réseau sur le site d’Avignon Courtine. Une installation tri modale (rail, route, fleuve) – la première du genre en Paca – qui a fait l’objet d’un appel à manifestation d’intérêt.

« La fiabilité du service n’y est vraiment pas : le taux de retard régional est le plus élevé de France. Un train sur six a plus de 5 minutes de retard et les annulations affectent jusqu’à 40 trains par jour. Comme vous le savez, j’ai pris la décision d’ouvrir un grand débat sur le train et sur les transports dans notre région. J’ai acquis la conviction, en effet, qu’il n’est plus possible de se satisfaire du statu quo. Surtout, je crois plus que jamais qu’il est temps de rendre la parole aux usagers. Au nom de quoi, ceux qui sont concernés au premier chef, ceux qui vivent le train au quotidien, et qui trop souvent subissent retard, annulation et dysfonctionnement, n’auraient pas le droit à la parole ? Oui, nous allons rendre la parole aux usagers. Et c’est tout le sens des Assises des transports qui se déroulent déjà depuis plusieurs mois. »

Christian Estrosi, Président du Conseil Régional de Provence-Alpes-Côte d’Azur – *Propos tenus lors des Assises régionales du transport qui se sont déroulées à Avignon en mars 2017. Depuis, Christian Estrosi a démissionné de ses fonctions de président du Conseil régional. »

Le portuaire va mieux

Le Grand port maritime de Marseille, pris depuis des années dans la tourmente de la mondialisation, a tout de même réussi à attirer des investisseurs. Près de 300 000 m2 de bâtiments logistiques ont été développés en 2016. Il conforte désormais son image de débouché maritime naturel de l’axe Rhone-Saône avec le nouveau projet de 60 000 m², porté par l’opérateur immobilier « W Life » sur la plateforme « Distriport ». Une bonne nouvelle pour l’attractivité du territoire et les ports fluviaux qui ont besoin de régularité et de massification pour servir les chargeurs. D’ici 5 ans, la CCI de Vaucluse ambitionne de doubler le tonnage du trafic fluvial du port de commerce du Pontet. Pour cela, elle négocie actuellement avec VNF (Voies navigables de France) afin d’acquérir les terrains de l’ancienne raffinerie attenante au port.

47 000

Entre les vols commerciaux, les jets privés et l’aviation de loisirs, les 182 hectares de l’aéroport d’Avignon et du pôle Pégase ont accueilli 47 000 mouvements aériens d’aéronefs en 2016.

4 000 collégiens

Depuis le début de l’année, le Conseil départemental de Vaucluse a sensibilisé plus de 4 000 collégiens du département aux dangers de la route dans le cadre de l’opération « Campus sécurité routière ». Débutée le
10 janvier dernier, cette initiative a été organisée dans sept établissements vauclusiens, à Bédarrides,
la Tour-d’Aigues, Vedène, Bollène, Cavaillon, Orange et Sorgues. Initiée depuis 1996, cette opération a déjà
permis de sensibiliser 103 414 collégiens vauclusiens depuis son lancement.

4,40% de véhicules propres

En ce début d’année le nombre de véhicules hybrides (3,59%) et électriques (0,81%) représente 4,40% des véhicules neufs immatriculés dans le Vaucluse. Un chiffre en constante augmentation, qui a plus que doublé pour les hybrides et presque quadruplé pour les voitures électriques depuis 2012. Bien loin cependant des véhicules diesel et essence, qui représentaient respectivement 49,45% et 46,51% des ventes de véhicules neufs dans le Vaucluse en 2016.

Un article publié par notre partenaire l’ECHO DU MARDI
dans son numéro spécial VAUCLUSE EN CHIFFRES 2017.