Après avoir déposer à l’INPI, le 24 janvier 2017, le label « Fraise de Carpentras », la Confrérie du même nom, présidée par Dominique Begnis, vient d’annoncer son intention de passer à la vitesse supérieure, en mettant en place en 2018 des opérations de contrôle et de vérification de l’utilisation de ce label. Robert Rouch, membre historique de la Confrérie, puisqu’il en fut l’un des deux cofondateurs, explique ici comment vont se dérouler ces contrôles. Avis à ceux qui vendraient de la Fraise de Carpentras ne répondant pas aux critères définis par la Charte : il pourra vous en coûter jusqu’à 7000 euros d’amende en justice !