Jean-Baptiste Blanc, vice-président du Conseil départemental de Vaucluse, figure parmi les représentants* du groupe de réflexion de l’ADF (Assemblée des départements de France) concernant la stratégie de déconfinement à mettre en place à partir du 11 mai prochain..

A ce titre et alors que le 1er ministre doit dévoiler le détail des modalités de cette sortie de crise, ce juriste, qui est aussi président de la commission finances, modernisation de l’action publique du Département, a adressé à Jean Castex, ‘Délégué interministériel au déconfinement’, une note de 6 pages intitulée ‘Tester, tracer et mieux isoler’.

Une nouvelle décentralisation pour davantage de souplesse

Dans ce document, l’élu cavaillonnais estime que cette crise a révélé « plus que jamais, une absence de décentralisation que laisse apparaître l’abîme sanitaire entre la France et l’Allemagne ». Craignant « qu’un déconfinement raté soit fatal pour le pays », il prône « une nouvelle déconcentration managériale de l’urgence du système de santé français autour des préfets de département et d’un référent Covid-19 pour réussir la surveillance de la circulation du virus » ainsi qu’un « déconfinement à la carte par département avec en cas de résurgence, une mise en place de micro confinements en fonction du lieu de vie du virus ».

Les élus locaux doivent pouvoir adapter la norme

« Il convient d’assouplir temporairement la loi Notre du 7 août 2015 qui fixe la répartition des compétences évoquées, poursuit Jean-Baptiste Blanc. Dans ce contexte de crise sanitaire historique, il convient que les régions et les départements puissent, pendant 1 an, prendre toutes dispositions dans le cadre de leurs compétences respectives sur leur territoire. Les assemblées compétentes doivent pouvoir décider à titre correctif ou préventif de l’exonération totale ou partielle d’impôts locaux ou de la part concernée à des personnes physiques ou morales ayant subi les conséquences du Covid-19. De même, elles doivent pouvoir décider d’éventuels reports des mises en recouvrement de toute imposition locale dans la limite de 3 ans. Enfin, les élus locaux doivent pouvoir, de façon temporaire, adapter les normes. »

Egalement président de Mistral habitat, Jean-Baptiste Blanc évoque aussi les conséquences et l’actualité de la pandémie sur l’activité du bailleur social du Conseil départemental de Vaucluse.

Entretien avec cet avocat qui espère qu’à l’issue de cette crise nous aurons appris « à vivre de manière plus sobre et plus exemplaire. »